novembre 27, 2020
Bateau james bond

Quel permis bateau faut-il pour naviguer en mer ?

Vivre au bord de la mer ou aller en vacances en bord de mer, quel bonheur. Alterner entre une journée à bronzer à la plage et une journée à jouer dans les vagues, ce sont de vraies vacances paisibles. Trop paisibles ! Au bout de deux jours l’ennui se fait ressentir, la lassitude aussi. Les journées passent et se ressemblent. La mer est immense et on est restreint à cette plage. Vous avez déjà eu ce sentiment ? Vous avez déjà eu envie de partir à l’aventure pendant vos vacances à la mer ? Vous vous imaginez en Jack Sparrow ou en Christophe Colomb ? Pour vous lancer pleinement dans l’aventure avec un grand A, vous avez besoin d’un seul laissez-passer : le permis bateau.

Première étape : passer son permis côtier

Une envie de découvrir un nouveau pays, d’être le premier à poser votre pied sur une nouvelle terre, d’être le nouveau Christophe Colomb… Désolé de briser vos rêves mais en réalité monsieur Colomb n’a rien découvert, c’est Leif Ericson qui a découvert l’Amérique. Le pauvre, personne ne connaît son nom. Mais ne perdez pas espoir, vous pouvez peut-être devenir le nouveau Leif Ericson. En espérant que, votre découverte, on ne l’attribuera pas à quelqu’un d’autre.

Pour partir découvrir le monde, il va vous falloir acquérir quelques compétences. La navigation, ça s’apprend. L’aventure commence donc par l’obtention du permis côtier, qu’on doit appeler « permis plaisance option côtière » depuis 2008, mais c’est un peu long. Le permis côtier donc, est un titre de conduite de navigation en mer. Vous pouvez l’obtenir dès l’âge de 16 ans et il va vous donner le droit de conduire un bateau de plaisance à moteur. Le moteur en question a une puissance supérieure à 6 CV (4,5 KW). Avec ce permis, vous ne vous confrontez pas à une puissance maximale. Il vous est possible de naviguer avec un bateau à moteur de 6 CV, de 250 CV, de 500 CV ou même bien plus ! Si vous voulez vous prendre pour James Bond et piloter à toute vitesse pour fuir des méchants (fictifs on espère), vous pouvez !

Il existe ni limite de puissance, ni limite de taille. La seule limite à laquelle vous serez confronté, ce sera votre budget. Avec le permis côtier, vous allez pouvoir conduire un bateau de « seulement » 7 mètres ou un mastodonte de 70 mètres. Avec ce laissez-passer, vous allez pouvoir naviguer dans les eaux territoriales françaises, sur les lacs et les plans d’eau fermés. Vous allez apprendre à vous servir de la radio VHF qui vous sera utile dans les eaux territoriales. Pour des après-midi entre amis, le pilotage d’un jet-ski sera aussi à votre portée. Le monde marin s’ouvre à vous !

Il s’ouvre mais il n’est pas encore totalement à votre portée. Un permis côtier vous permet de vous éloigner seulement jusqu’à 6 milles d’un abri. Oui, très bien, mais qu’est-ce qu’un abri ? C’est tout simplement un lieu protéger où vous pouvez vous réfugier. Il faut pouvoir vous y réfugier, vous, votre bateau et votre équipage. Un capitaine n’abandonne jamais son équipage ! Une tempête, une forte houle, vous devez savoir gérer la situation et partir au plus vite vous carapater dans un abri. Un abri peut avoir la forme d’un port, d’une anse (aucun rapport avec un sac quelconque, il s’agit d’une petite baie), d’une île ou même être votre propre bateau si vous naviguez avec l’annexe dédiée. Dans certains cas, vous pouvez calculer votre trajet pour en réalité parcourir 12 milles sans être un hors la loi. Imaginez, vous partez d’un point A qui est un port, vous souhaitez rejoindre un point B qui est un autre port ou bien une île. Entre le point A et le point B, il y a exactement 12 milles. À mi-distance vous serez donc à 6 milles de votre point de départ ou de votre point d’arrivée.

Pour obtenir le permis côtier, il faut au préalable réussir l’examen du code de la navigation, répondre à un QCM de 30 questions. Puis l’examen pratique se déroule sur le plan d’eau le plus proche de votre bateau-école.

Deuxième étape : l’extension de permis côtier, le permis hauturier

Vous n’aimez pas avoir de limite ? Vous voulez découvrir toutes les merveilles marines ? Pour naviguer au-delà de 6 milles d’un abri, un permis côtier ne suffit pas. Vous devez être l’heureux titulaire de l’extension hauturière. Cette extension, aussi appelée permis hauturier, ne peut se passer sans avoir obtenu au préalable le permis côtier. C’est le principe même d’une extension. C’est grâce à elle que vous allez devenir un grand capitaine. Un homme que l’on respecte et qui reste toujours calme face à la tempête.

Avec le permis hauturier, en plus d’être libre, de ne plus avoir de limites physiques, vous allez gagner énormément en savoirs. Vos compétences maritimes seront solides et impressionnantes. Avec cette extension de permis, on apprend à décrypter une carte marine, à prévoir les marées, à prendre en compte les courants et les vents. Comme Jack Sparrow, notre pirate préféré à tous, vous saurez vous diriger en pleine mer grâce à la déclinaison magnétique, avec une carte papier, un compas et une règle. Investissez dans un beau compas et vous aurez la classe ! Vos savoirs traditionnels acquis pendant ce permis, vont vous permettre de naviguer même en cas de panne des instruments électroniques. Ainsi pas de panique, si vos instruments rendent l’âme en plein Atlantique, vous saurez gérer la situation et ramener tout le monde à bon port.

L’examen du permis hauturier es plus difficile face à celui du permis côtier. Ce qui est logique étant donné que c’est l’étape suivante, le niveau deux. Cet examen est uniquement théorique. Il est composé d’un exercice de navigation sur carte de jour, d’un second exercice de navigation sur carte de nuit. Ces deux exercices durent environ 1 h 30. Vous allez devoir calculer les marées et répondre à un QCM de cinq questions sur les aides électroniques, la météo et le matériel de sécurité. Après ça, vous allez être un grand capitaine !

Les règlementations en cas de navigation à l’étranger

Le permis côtier et le permis hauturière sont deux permis plaisance français. Leurs prérogatives sont valables à l’étranger si vous naviguez avec un bateau sous pavillon français. Dans le cas où vous naviguez avec un bateau étranger à l’étranger, vous devez vous renseigner auprès des autorités du pays où vous vous situez ou des pays où vous souhaitez vous rendre.

Les autorités maritimes en France

En France, vous pouvez être contrôlé par les Affaires maritimes, la gendarmerie maritime ou les Douanes. Les contrôles peuvent arriver à tout moment, ne faites pas les fous en mer, restez prudents, surtout en haute saison. Les autorités le savent, en haute saison tout le monde sort son bateau pour profiter du soleil. Malheureusement, c’est aussi durant cette saison qu’il y a le plus de débordements. Si vous commettez un excès de vitesse, si vous ne respectez pas la réglementation, que vous faites une infraction au code de la navigation, ou que vous naviguez sous l’effet de l’alcool ou de stupéfiants, les autorités peuvent vous retirer temporairement ou définitivement votre permis.

Des contraventions peuvent aussi vous être données si vous conduisez sans permis, si vous pratiquez la conduite accompagnée sans l’avoir déclaré au préalable… Faites attention ! Obtenir son permis bateau et pouvoir voir les côtes terrestres de la mer c’est génial. Mais il ne faut pas prendre le rôle de capitaine à la légère. Vous être responsable de votre sécurité, de la sécurité de votre équipage et de la sécurité des autres personnes pouvant être présentes en mer. Il est donc important que vous preniez votre rôle à cœur.

Nous vous souhaitons une bonne aventure à bord de votre nouveau vaisseau marin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *