English version
 

Le geofencing est une technique de surveillance et d’alerte, qui permet de détecter les mouvements de mobiles par rapport à des périmètres de zones géographiques prédéfinis.

Focus

Article présentant les principes de base du geofencing et ses applications dans le domaine des transports


Galerie

  • Proximité d'un point d'intérêt assortie d'un créneau horaire

Le Geofencing

Présentation

Le geofencing [1] est une technologie opérationnelle reposant sur le positionnent par GNSS, les communications par réseaux cellulaires ainsi que l’analyse de positions sur des cartographies numériques. Pour cela, les mobiles en question (personnes ou objets) doivent être géolocalisés par un système GNSS et équipés d’un dispositif électronique communicant (ex. smartphone) permettant de les suivre en temps réel, ceci naturellement avec leur consentement.

Les méthodes de calcul utilisées par cette technologie nécessitent donc de disposer de données géolocalisées, horodatées et rafraîchies régulièrement. En pratique, le geofencing consiste :

  • à établir un périmètre virtuel autour d’une zone géographique (appelé également geofence),
  • puis à lui associer des mobiles, une alarme étant émise lorsque l’un des mobiles traverse le périmètre.

Ce contrôle s’opère systématiquement et automatiquement, selon les paramètres fournis au système d’alertes de proximité ou de franchissement. On parle ainsi d’alertes intelligentes lors de détection d’entrées ou sorties.

Les champs d’applications

Le concept de geofencing trouve des applications dans divers domaines liés à la surveillance des personnes et des mobiles. Ce sont en particulier les entreprises du secteur des transports, de la surveillance et de la sécurité qui en sont les plus utilisatrices, mais des applications existent également dans les domaines de la sécurité, de la santé, des travaux publics, ainsi que pour le grand public.

Le secteur du transport de marchandises et de la logistique utilisent ces services dans l’objectif de fournir une prestation toujours plus performante et plus souple à leurs clients. Les déplacements des véhicules se font entre des points particuliers, que l’on appelle aussi points d’intérêts (point of interest - POI), tels que les zones de chargement ou de déchargement chez les clients, les zones de stockage, les aires de stationnement sur les itinéraires, etc.. Le geofencing permet ici une meilleure organisation de ces mouvements, par la gestion des points d’intérêt, avec le paramétrage d’alertes, par exemple lors d’une arrivée à proximité ou d’une immobilisation prolongée.

La gestion de flottes de véhicules professionnels (transports collectifs, autopartage, services aux collectivités, véhicules commerciaux,…) bénéficie également des avantages du geofencing. Beaucoup de ces flottes étant par nature captives (c’est-à-dire qu’elles sont cantonnées dans leur rayon d’action à des limites géographiques, une ville ou un territoire), le geofencing est utilisé dans ce cas pour détecter automatiquement les sorties des limites autorisées, et prévenir par exemple d’utilisations proscrites ou de vols de ces véhicules.

Dans certaines configurations, la surveillance d’une zone géographique est assortie de créneaux horaires. Cela signifie que le comportement de la geofence va évoluer dans le temps, celle-ci pouvant être active sur certains créneaux horaires (la nuit par exemple) et inactive le reste de la journée.

Cette technique trouve une application dans la protection contre le vol , par une surveillance renforcée des flottes de véhicules lorsqu’elles stationnent sur une même zone, pour une durée prolongée (nuit, week-end..). D’autres applications sont possibles, comme la surveillance de points d’intérêts (POI), lorsqu’on souhaite être informé qu’un véhicule se trouve à proximité d’un point d’intérêt, et cela en fonction d’un créneau horaire prédéfini (cas d’une livraison chez un client). L’appréciation de la "proximité" sera par ailleurs directement liée à la valeur du rayon affectée à la zone circulaire autour du POI.

Par rapport au contrôle de la zone, deux types d’alertes sont envisageables :

  • l’alerte de présence du véhicule (situation normale) prévient que ce dernier a franchi le périmètre et se trouve donc à proximité de son point d’arrivée,
  • l’alerte de retard sur l’horaire prévu (situation critique) informe que le véhicule n’est pas arrivé dans le créneau horaire qui lui était imparti.

Perspectives

Comme cela a été présenté, le geofencing se caractérise tout d’abord par une très grande polyvalence et flexibilité d’application. Il n’est pas lié à un mode de transport en particulier, et peut s’adapter à des situations de mobilité mettant par exemple en jeu du transport multimodal de personnes ou marchandises.

Des difficultés demeurent cependant aujourd’hui quant au développement et à la généralisation de cette technique. L’offre de service actuelle des GNSS, notamment leur précision limitée et leur continuité non garantie, constitue un premier frein à surmonter.

L’organisation des acteurs autour de tels systèmes d’information sera également un point déterminant, notamment la définition du rôle de chacun (autorités de transport, organismes de contrôle, prestataires de services…), de leur niveau d’implication et des règles de gestion et contrôle.

Enfin, les futures applications basées sur le geofencing devront tirer le meilleur parti des services GNSS, afin de garantir la sécurité et la sûreté des personnes transportées, la protection d’infrastructures vulnérables, et la fiabilité de la tarification des infrastructures routières.

Les futurs algorithmes de geofencing devront donc impérativement intégrer le traitement des messages d’intégrité délivrés aujourd’hui par EGNOS, et demain par le système Galileo, ces informations essentielles sur le signal de positionnement permettant de garantir sa fiabilité et de limiter les erreurs dans le système d’information.

[1] contraction de géolocalisation et de fence - barrière en anglais