English version

Le guide de la Banque Mondiale

La division Transport de la Banque Mondiale a lancé une étude en 2005 sur les conséquences économique de la mise en place du code ISPS [1] dans les ports et pour les navires. Le rapport final fut publié en 2008.

Cette étude a mis en évidence le fait que si les objectifs et prescriptions du code ISPS étaient bien connues, il n’en allait pas de même de la sûreté de la chaine logistique dont ce code est l’un des composants. C’est pourquoi la Banque mondiale s’est lancée dans la rédaction d’un guide sur la sûreté de la chaine logistique de manière à en fournir une présentation claire et compréhensible de ses acteurs.

Il dresse un panorama, par région, des programmes de sécurisation de la chaine logistique, volontaires ou obligatoires. Ces programmes sont essentiellement douaniers et se posent donc la question de la reconnaissance mutuelle par exemple entre le C-TPAT [2] américain et les opérateurs économiques autorisés (AEO) européens.

Dans une seconde partie il présente les principales technologies utilisées ou en cours de développement, qu’il s’agisse de scellés, de géolocalisation ou de systèmes d’inspection. Ces documents sont disponibles auprès de la Banque Mondiale

[1] Code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires : ce code est en vigueur depuis juillet 2004 sur tous les navires. Il est issu de la volonté d’établir une procédure internationale sur la sûreté des installations portuaire et des navires suite aux attentats du 11 Septembre 2001. Ce sont les États-Unis qui ont proposé la création de ce code.

[2] Le Customs-Trade Partnership Against Terrorism (C-TPAT) est un programme de sécurité des échanges commerciaux douaniers. Il prend la forme d’une certification volontaire, par laquelle tous les participants de la chaîne d’approvisionnement coopèrent avec la douane américaine (CBP), dans l’élaboration de méthodes sécuritaires pour chacune des phases de leurs opérations, répondant ainsi aux préoccupations de sécurité contre l’introduction d’armes, de drogue, d’argent comptant ou de personnes ’terroristes’, à l’importation de marchandises aux États-Unis. Ce programme a été lancé suite aux attaques du 11 Septembre 2001 sur le territoire américain.