English version

Galerie


Systèmes embarqués d’aide à la conduite

Les systèmes d’aide à la conduite sont un secteur en pleine mutation. La plupart des systèmes actuels présents en série dans les véhicules ont pour objectif de pallier aux défaillances du conducteur, mais l’évolution récente est d’ajouter l’intégration d’objectifs de confort ou d’efficacité énergétique. Les systèmes d’aide à la conduite agissent sur la sécurité soit en aidant le conducteur à éviter un accident ou une situation à risque, soit en cherchant à en minimiser les conséquences. Les principales catégories de fonction d’assistance sont les suivantes :

  • Appel d’urgence (ou eCall) : C’est un boitier capable de détecter un choc et donc de pouvoir prévenir plus rapidement les secours. Ces systèmes équipent parfois certains éléments de l’infrastructure.
  • Assistance au freinage d’urgence (AFU) : Il s’agit de systèmes de freinage électronique (EBS) ou de systèmes de freinage antiblocage (ABS).
  • Avertisseur d’obstacle et de collision : Un radar à l’avant du véhicule permet de mesurer la distance avec le véhicule le plus proche et donc de prévenir le conducteur en cas de risque.
  • ESP (Electronic stability program) : Un équipement électronique permettant de stabiliser les trajectoires. Il existe aussi des systèmes de surveillance de trajectoire latérale (lane departure warning - LDW).
  • Visibilité en conditions dégradées (visibility enhancement) : L’objectif est d’améliorer la visibilité du conducteur à l’aide de caméras capables de « voir » la nuit ou dans le brouillard.
  • Systèmes régulateurs de vitesse(SRS) : Il s’agit des très communs régulateurs et limiteurs de vitesse, mais on trouve de plus en plus le régulateur de vitesse adaptatif (ACC). Une évolution récente non encore commercialisée est le Limiteur adaptatif de la vitesse (intelligent speed adaptation) ou LAVIA pour la version française.

On pourra trouver la description d’autres systèmes d’aide à la conduite pour véhicules intelligents sur le site dédié (nouvelle fenêtre) de la communauté Européenne.

Les fonctions d’assistance sont nombreuses et peuvent être combinées, mais l’efficacité des systèmes obtenus est difficile à évaluer. De manière générale, le développement de certaines nouvelles technologies embarquées n’est d’ailleurs pas sans poser de nouvelles questions :

  • des interfaces mal conçues peuvent être à l’origine de surcharge d’information et sources de nouveaux risques ;
  • l’acceptabilité sociale des nouveaux systèmes peut également en freiner le développement.

La recherche scientifique étudie la fiabilité et l’impact des nouvelles générations de systèmes d’aide à l’aide d’expériences sur routes réelles (Field operational tests FOT). Avec l’apparition des systèmes nomades (smartphones, tablettes etc.), la catégorie des systèmes d’aide à la conduite s’agrandit et s’ouvre à de nouvelles fonctions comme l’information au conducteur (cartographie, trafic, réalité augmentée …) ou l’aide à l’efficacité environnementale (éco-conduite). Mais l’évolution majeur de ces systèmes risque de provenir des moyens de communication sans fils et de la précision des informations disponibles ou mesurées par les capteurs du véhicule.