English version

L’intérêt de référentiels partagés

Pour échanger des données entre partenaires et surtout entre systèmes, il apparaît nécessaire de s’accorder entre opérateurs de transports sur des référentiels partagés :

  • référentiel cartographique
  • référentiel des voies, des rues et des services (manière de décrire les lieux, les points spécifiques – nœuds – et les lignes…)
  • référentiel de temps (desserte, correspondance)
  • horodatage des données historisées (manière dont on va pouvoir après coup réutiliser une donnée qualifiée)
  • vocabulaire (par exemple, manière de décrire des événements spécifiques, prévus ou fortuits, bénins ou graves).

Ainsi, un événement survenant sur une voie pourra être plus facilement identifié comme impactant le service des lignes de transports publics l’empruntant. La manière de décrire l’événement pourra permettre d’informer les services d’intervention, d’alerter les services de secours et de donner à l’ensemble des services des informations claires leur permettant de répondre à la situation perturbée et d’informer les usagers…